VJCcover

Jacques-Cartier, une ville de pionniers 1947-1969

VJCcover
Éditions :Couverture allemande: 25,00 $ CAD
ISBN : 978-2-9816956-6-6
Taille : 9,00 x 6,00 in
Pages : 278

Étude par quartiers (paroisses) de l'ancienne ville de Jacques-Cartier.

Plusieurs photos.

300 p.

 

 

Parution :
Maison d’édition : Michel Pratt Éditeur
Éditeurs :
Genres :
Extrait :

En prenant une marche dans les rues de Longueuil, certaines personnes ont pu remarquer cette enseigne évocatrice : " Cité de Jacques-Cartier-Égout ". D'égouts ou d'aqueduc, il n'y en avait point en 1947 à Ville Jacques-Cartier. Pourtant, la population de cette municipalité était deux fois plus nombreuse et son territoire était beaucoup plus vaste que celui de sa voisine Longueuil. Mais de son histoire, celle de véritables bâtisseurs et pionniers, on n'en a point parlé.
L'image d'une pauvreté générale et celle du grabuge en période électorale ont contribué pendant longtemps à laisser dans le tiroir, cette riche histoire. Pourtant, c'est bien à Coteau-Rouge que se situe l'action du roman de Jacques Ferron, Le salut de l'Irlande. C'est aussi l'esprit de Coteau-Rouge que font renaître les personnages du meilleur film d'André Forcier, Le vent du Wyoming, et de Longueuil-Annexe que sortent les meilleurs pages de Pierre Vallières dans Nègres blancs d'Amérique.

LIRE LA SUITE

C'est bien à Ville Jacques-Cartier, dans le domaine Bellerive, qu'est né le Parti rhinocéros, que s'est ouverte la première polyvalente du Québec, Gérard-Filion, de même que le premier cégep, Édouard-Montpetit. De grandes compagnies, comme la Weston et la Pratt & Whitney Canada, se sont établies dans son territoire. On ne peut oublier que le chanteur Claude Dubois, après avoir mangé ses sandwiches à la moutarde, sur la rue Parthenais à Montréal, est venu s'y établir, que plusieurs idées du Front de Libération du Québec y ont été mises sur papier, marquant ainsi, que l'on soit d'accord ou pas sur le fond, l'histoire du Québec. Certes, Robert Rumilly y a consacré une demi-douzaine de pages d'intéressantes anecdotes politiques dans Histoire de Longueuil, mais il n'a point traité de son histoire sociale et économique.

 

REGROUPER

 

 

Nombreuses photos.

Histoire de toutes les paroisses de Ville Jacques-Cartier

Cette nouvelle version intègre le nouveau Dictionnaire historique de Ville Jacques-Cartier.

Disponible sur notre boutique.

Disponible sur Amazon.ca

 

5 réflexions sur “Jacques-Cartier, une ville de pionniers 1947-1969”

  1. Bonjour, j’aimerais savoir si dans votre livre on trouve des détails sur l’écrasement du CF 100 à Jacques-Cartier en 1953. Je veux confirmer que Yvonne Fournier est bien décédée dans cet accident. C’était une amie de ma mère et je crois me souvenir que ma mère nous en avait parlée. En regardant les souvenirs de maman, Yvonne lui avait envoyée une recette au dos d’une page de calendrier de 1929. Cet original me touche et je voudrais en savoir plus. Si vous ne pouvez me donner ces informations, savez-vous où je pourrais trouver des détails et peut-être des photos
    Merci de prendre le temps de me répondre. Vos documents semblent fort intéressants
    Pauline Jacques, Granby

    1. Bonjour,
      La famille éprouvée était celle d’Omer Lavoie. Sa femme avait subie une fracture de la hanche et avait été sévèrement brûlée. Les enfants étaient Pierre, Colette et Normand.Il y a eu deux autres décès. Je vais tenter de retrouver leurs noms.

  2. Francine Ratelle Thibault

    Moi j’aimerais savoir si vous avez des photos du magasin général de mon père qui est décédé brûlé dans ce commerce en 1956. Notre maison a servit d’ostensoir pour les processions de la fête Dieu. Vu que l’incendie à brûlé les photos souvenirs de la famille nous n’avons rien pour se souvenir de mes racines . Merci à l’avance de votre attention. Ma mère s’appelait Marie-Antoinette Bazinet feux d’Origène Ratelle. Leur centre d’achats était situé au 1779 – St- Georges à Ville Jacques Cartier entre le Coteau Rouge et Curé Poirier . La maison était bâtie avec un mur mitoyen avec le commerce et l’adresse de la maison était 1777 rue St-Georges .

    Francine Ratelle quatrième enfant sur cinq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique
    error: Alert: Contenu protégé