Jacques-Cartier. Une ville de pionniers 1947-1969. PDF

9.00 $

 

 

Version PDF
Peu peuplée jusqu’en 1945, à cause de la crise économique, puis de la Seconde Guerre Mondiale, la municipalité de la Paroisse connut, après la guerre, un essor fulgurant. Le taux d’inoccupation des logements à Montréal était pratiquement nul et par conséquent les loyers relativement dispendieux. De plus, de nouvelles industries apparaissaient sur la Rive-Sud de Montréal et certains travailleurs voulaient s’en rapprocher. Ceux-ci ne pouvaient se faire à l’idée de ne pas être propriétaires.
La municipalité de la Paroisse Saint-Antoine de Longueuil semblait offrir cette chance ; le «rêve québécois» pouvait devenir réalité au-delà de la frontière insulaire de Montréal. Ils furent donc nombreux à aller construire leur maisonnette, avec le bois de vieux wagons de chemins de fer, dans des champs dépourvus d’égout, d’aqueduc, sans presque la moindre surveillance policière.
N.B. La version papier est disponible sur amazon.ca

 

Présentement 19,99 $ au lieu de 24,99 $

Ville Jacques-Cartier

Version PDF 2019